Sur les chemins de l'histoire de Tulle

Publié le 21 Avril 2016

Contre le baron de Gimel (du parti des mécontents), qui causait des désordres dans le pays et à Tulle, les paroisses réclamèrent le siège du château de Gimel. Le siège commença le 23-8-1594. Grâce à des renforts venus d'Auvergne et de la Marche, Gimel capitula la nuit de Noël 1594. Mais des bandes de ligueurs prirent Corrèze, Cornil et reprirent Gimel. Nouvelles alarmes pour Tulle, qui attaqua de nouveau Gimel, le prit et fit démolir ce repaire. La démolition coûta 2 000 écus à Tulle. Certes un gros canon pris à Gimel avait été envoyé à la fonte par ordre du gouverneur Chamberet ; mais le commissaire de l'artillerie réclama 2 700 livres comme valeur de ce canon. Tulle offrit 500 livres. Un procès fut intenté, dans lequel Tulle perdit et devait payer : le coût du procès, soit 1 095 livres, plus, le fameux canon à rembourser. Cette affaire traîna en longueur un temps. Pour apaisement, Henri IV indemnisa de ses pertes le baron de Gimel et fit remise à Tulle des sommes dues au Trésor.

Antoine Pélissier, Sur les chemins de l'histoire de Tulle : depuis saint Martial jusqu'après la Révolution, 1971, 72 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :