Une famille française sous la révolution

Publié le 21 Avril 2016

Un autre Maulmont a joui d'une gloire plus contestable. Il se fit protestant et, embusqué dans son château fort de Chalusset, il commit dans le pays d'affreuses déprédations; sa tyrannie y dura seize ans, de 1574 a 1590. Le vicomte de Pompadour, opérant par surprise, le délogea enfin de son repaire et le fit prisonnier, mais il se montra bon prince ; le mécréant, rendu à la liberté, jouit paisiblement de ses biens jusqu'à une extrême vieillesse. Maulmont, le huguenot, ne mourut qu'en 1635, léguant à ses enfants une grosse fortune... et son hérésie. Les protestants le rangent parmi leurs héros et la France protestante de Haag lui consacre une notice élogieuse dans son Dictionnaire bibliographique, donnant sa descendance jusqu'à Louis, son arrière-petit-fils. Ce Louis abjura le calvinisme.

Source : Paul de Pradel de Lamase, Une famille française sous la révolution, 1912, 399 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :